Visite de Merkel en Grèce: Un plan très organisé de répression politique “appliquée”

Auteur Aliki Kosyfologou

Afin d’éviter l’impact à la fois symbolique et politique des manifestations sociales de colère lors de la visite de la chancelière allemande à Athènes, les autorités grecques ont lancé un plan de répression politique "appliquée". Cette entreprise à grande échelle de la police – dans laquelle toutes les unités de la police ont participé : la police anti-émeute, le Service national de renseignement, la police, la police de la circulation – à entraîné la détention injustifiée de 317 citoyens au siège de la Direction générale de la police Attique, GADA (l’équivalent à Athènes de Scotland Yard).Dans de nombreux cas, les menottes ont été mises à des personnes indûment dirigées vers GADA – un acte qui est considéré comme illégal en cours de détention -, un policier grec a été accusé d’utiliser une manifestante comme bouclier humain et 24 manifestants ont été arrêtés, pour des charges douteuses. Ιt est important de noter que parmi les personnes arrêtées il y avait un adolescent de 13 ans. Toutes les arrestations ont eu lieu lors de la manifestation au nom de la "législation dite anti-terroriste», qui est en fait devenue un obstacle à l’activité politique collective en Grèce. Les 24 personnes arrêtées ont été accusées de transporter des objets – masques et même des foulards – pouvant être utilisés pour commettre des actes terroristes en cachant son visage En réalité, elles portaient des foulards et des masques pour se protéger contre les produits chimiques et les gaz lacrymogènes que la police anti-émeute pourraient de jeter sur eux lors de la manifestation.

Quatre jours plus tard, sous la pression de l’opposition et d’un vaste mouvement de solidarité 17 personnes ont été libérées. Dans le même temps, les autorités ont publié les photos des jeunes arrêtés sur le site de l’administration générale de la police, au mépris de la présomption d’innocence et des droits fondamentaux de l’homme.

On peut noter qu’une semaine avant la visite d’Angela Merkel en Grèce, le caractère arbitraire de la police grecque a été une fois de plus mis en évidence, lorsque quinze antifascistes manifestants arrêtés à Athènes lors d’un affrontement avec les partisans de l’Aube dorée néo-nazi parti , ont dit qu’ils avaient été torturés à la Direction générale de la police Attique (GADA) et soumis à ce que leur avocat a décrit comme une humiliation à la Abou Ghraib.

Cette brutalité physique et psychologique incontrôlée de la police contre la société peut être considérée comme une partie d’un plan plus vaste de répression de la contestation sociale qui a été mis en oeuvre depuis le vote du premier Memorandum. En termes réels, au cours de la phase la plus intense de la crise financière et politique en Grèce, les autorités grecques ont choisi de saper la démocratie et d’«activer» les appareils répressifs pour contenir le mouvement social anti-austérité.